Authors
Valentin Berthou,
Title
De l’intention d’innovation à son institutionnalisation. Le cas des Living Labs en Santé & Autonomie
In
Cahiers COSTECH
Issue
numéro 2
Year
2019
Publisher's URL
http://www.costech.utc.fr/CahiersCOSTECH/spip.php?article95
Indexed by
Abstract
Les Living Labs (laboratoires vivants) sont de jeunes organisations qui ont émergé depuis une dizaine d’années et qui se définissent comme des démarches d’innovation ouverte où les usagers occupent une place centrale dans le processus de conception de produits/services. Elles se matérialisent par des lieux articulés autour de plateformes technologiques. Les Living Labs en Santé et Autonomie (LLSA) ambitionnent de proposer des solutions innovantes pour contrer la perte d’autonomie des personnes vieillissantes et faire face aux nouvelles problématiques de santé. Cette thèse a pour objectif de rendre compte du processus d’institutionnalisation de ces organisations en France à travers une étude multiscalaire. Le travail empirique repose sur une approche ethnographique multi-située qui a débouché sur la construction de trois monographies de Living Labs (Autonom’Lab, PROMETEE et le CEN STIMCO) ainsi que l’étude longitudinale d’un réseau de Living Labs (le Forum LLSA). Cette thèse commence par décrire le contexte d’émergence des LLSA et leur structuration en s’appuyant sur un travail socio-historique. Sont ensuite analysés les différents éléments qui structurent la définition de Living Lab pour établir une connaissance claire de l’objet. L’étude insiste dans un premier temps sur l’implication des usagers, de la construction de leur « figure » jusqu’à leur mobilisation en acte, en passant par les stratégies discursives. Le couplage des usagers et de la technique est ensuite mis en évidence comme l’un des stabilisateurs organisationnels des LLSA. En se basant sur l’étude des processus d’appropriation de la technique et de la collision des imaginaires, ces éléments permettent de contester l’inscription des LLSA dans un régime de promesses technoscientifiques. Enfin, la thèse questionne directement la place et la fonction de l’innovation dans les Living Labs. En s’adossant au cadre théorique néo-institutionnaliste en sociologie, l’analyse fait ressortir le positionnement institutionnel singulier des LLSA à travers leur volonté de faire institution. Ce travail débouche sur la proposition du concept d’« institution-frontière ». Mots-clés (auteur) : innovation ; sociologie de l’innovation ; technoscience ; technologie ; usagers ; méthodologie centrée usager ; co-conception ; Living Lab ; laboratoire vivant ; institution ; institutionnalisation ; santé et autonomie ; vieillissement
Affiliations
Offprint