Authors
Aurélie Daanen, David Bihanic, Geneviève Filipi, Gilles Rougon, Pascal Salembier,
Title
Ergonomie et design : partage d'expertise de la conception
In
Colloque « La conception d'un artefact: Approches ergonomiques et didactiques », 6 & 7 octobre, HEP Vaud, Lausanne
Year
2016
Indexed by
Abstract
On assiste depuis plusieurs années à un rapprochement de divers champs disciplinaires qui partagent une préoccupation commune pour la réflexion théorique et pratique sur les questions de la conception et de l’innovation. Cette convergence prend la forme d’un questionnement mutuel, souvent imparfaitement formulé, sur les rapports de complémentarité, de redondance, d’opposition que ces différents champs entretiennent. Dans ce contexte, penser la relation entre ergonomie et design interroge leurs pratiques respectives d’intervention et/ou de recherche pour la conception d’artefacts et de situations d’activité finalisée par des objectifs professionnels, domestiques, culturels ou pédagogiques. Au-delà d’un intérêt commun pour la conception, l’ergonomie (vue comme une technologie) et le design nous semblent partager un certain nombre de préoccupations parmi lesquelles on pourra citer : • Une référence commune à la documentation empirique des pratiques comme ressource pour la mise en œuvre d’une approche centrée humain de la conception. • La relation à l’innovation et à la créativité ; l’importance donnée à l’innovation en rupture dans le design contemporain (« design disruptif ») [X] questionne une certaine pratique de l’ergonomie qui survalorise la prise en compte des activités existantes. • L’ancrage dans la matérialité ; en design et en ergonomie, mais selon des modalités diférentes, la réflexion analytique et/ou idéative donne systématiquement lieu à une phase de concrétisation des propositions de conception qui s’incarnent dans une forme censée répondre aux attentes de l’utilisateur et favoriser la mise en à l’épreuve. • Conception d’artefacts et/ou conception d’expérience ; l’objet de la conception s’est progressivement déplacé de l’artefact vers l’expérience d’usage. De par sa relation forte à l’expression du sensible, le design intègre dans son projet cette préoccupation pour la conception des conditions d’émergence de l’expérience. Cet intérêt pour la caractérisation de l’expérience se diffuse peu à peu dans le champ de l’ergonomie, et amène ainsi à questionner les modalités de caractérisation de la relation expérience-activité (Cahour et al. 2016). • La revendication d’un projet éthique ; ergonomie et design s’accordent à poser la formulation de principes éthiques comme préalable à leur intervention dans le champ du social. (Papanek, 1971). Nous nous donnons comme projet de questionner la portée de cette articulation entre design et ergonomie dans le contexte de la (re)conception d’un artefact destiné à supporter la coordination entre acteurs dans une situation d’activité dite “à risques”.
Affiliations
Offprint